• Véronique Taiana

La respiration consciente favorise notre santé.

Mis à jour : août 31

Respirer avec le diaphragme limite le stress, les douleurs et augmente les performances.


En général on ne pense pas à notre respiration et on ne connaît pas forcément la fonction du diaphragme.

Elle est tellement vitale qu’elle fait partie des actes corporels totalement automatisés par le cerveau. Optimiser ou maintenir une respiration diaphragmatique intégrée est capitale pour la santé.

Le stress, l’anxiété, la position assise ou les pratiques sportives mal conduites peuvent modifier la façon dont nous respirons.

Une mauvaise respiration (respiration courte) a un impact négatif sur une large sphère corporelle.

Plus on avance dans la vie, plus notre corps subit un stress physique auquel s’ajoute le stress environnemental qui augmente notre anxiété et finit par modifier notre façon de respirer.



Les effets d’une mauvaise respiration sur notre santé générale:


- gène les cellules à capter l’oxygène.

- associée à un état de stress elle dilate les pupilles, assèche la bouche et favorise les mains moites.

- elle perturbe la digestion.

- donne des maux de tête.

- augmente les tensions corporelles et diminue la capacité à se relaxer et être détendu. - augmente les perceptions douloureuses.

- augmente la faim.

- génère un état de fatigue générale.


Les effets d’une mauvaise respiration sur nos muscles:


Maintenant voici les effets plus précis d’un mauvais schéma respiratoire sur nos muscles:

- une élévation des côtes supérieures créant une sensibilité plus importante sur les muscles intercostaux.

- mauvais fonctionnement de la partie thoracique de la colonne vertébrale à cause du mauvais fonctionnement des côtes lors de la respiration.

- hyperactivités de nombreux muscles de la partie haute du dos et du cou (sterno- clédo-mastoïdien, scalènes, trapèze supérieur, etc) ce qui favorise la création de spasmes ou de contractures musculaires et modifie encore plus le fonctionnement des côtes et de la partie thoracique de la colonne. - mobilité réduite de la région cervicale de notre colonne qui devient plus raide à cause des muscles hyperactifs et de tous les éléments que nous venons de citer. - altération du bon fonctionnement des épaules et de la ceinture scapulaire.

- les muscles des carrés des lombes et du psoas sont insérés au niveau des vertèbres lombaires et connectés au muscle diaphragme.

Ils sont l'un des principaux muscles de la respiration.

Lorsque je respire malb j’augmente la tension du psoas et du carré des lombes favorisant les problèmes de dos. 

Si je ne masse ou n'étire jamais mon psoas et mon carré des lombes alors que je m’entraîne, j’augmente leurs tensions et je perturbe mon diaphragme et donc ma respiration.

Atelier du bien-être

Niort (Lezay)

 Tèl: 06 07 26 35 13

veroniquetaiana@gmail.com

© 2017 Véronique Taiana. Créé avec Wix.com